Le cumul des mandats conduit à l’opacité et donc à la crise

Publié le par lavendeeautrement

Chaque matin du lundi au vendredi, à 8h15, Philippe Meyer livre sur France Culture une chronique de ‘toutologie’, science du tout. Le 9 avril 2012, il levait un pan du rideau qui obscurcit encore les raisons qui ont conduit à la crise financière de 2008. En voici le texte retranscrit où sont insérées les références qui soutiennent l’explication.

 

« Auditeur sachant auditer ça n’est pas pour me vanter mais lorsque l’Islande bascula dans la débâcle, sa dette extérieure était de 9553 milliards de couronnes et son Produit Intérieur Brut de 1223 milliards. Dit autrement, l’endettement du pays était sept fois et demi supérieur à la valeur de sa production. Le miracle islandais dont on avait pu parler jusque-là reposait sur un développement extravagant de l’activité des banques, toutes lancées dans des spéculations aussi hasardeuses qu’internationales qui devaient les conduire à la faillite. L’économie étant au bord du gouffre, le gouvernement du pays lui fit faire le célèbre « pas en avant », en nationalisant les unes après les autres les banques victimes de leur propre gloutonnerie, il imposa au pays un endettement surréaliste.

 

Le récent documentaire de Charles Ferguson, « Inside Job » (1), s’étonnait que de très éminents experts, professeurs dans des universités étatsuniennes aussi prestigieuses qu’Harvard, Yale, Berkeley ou Columbia, aient jusqu’à la dernière minute couvert cet endettement de leur autorité et jeté le manteau du sérieux sur les dévergondages des banques. Certains de ces universitaires et nombre de leurs collègues avaient également donné leur bénédiction aux débordements d’établissements financiers comme Merrill Lynch, Morgan Stanley ou Lehman Brothers, aux ribouldingues de compagnies d’assurance comme AIG dont l’Etat fédéral américain a dû devenir actionnaire à 80%, à la bamboche des organismes de crédit immobilier privés ou même publics comme Freddie Mac ou Fannie Mae (2). Charles Ferguson soulignait dans « Inside Job » que nombre des experts aveugles étaient rémunérés par les entreprises qu’ils étaient chargés d’évaluer où siégeaient dans leur conseil d’administration.

 

En février dernier, notre Commission européenne a eu à se prononcer sur le projet de fusion de deux entreprises du marché financier : New York Stock Exchange Euronext et Deutsche Börse. La Direction générale de la concurrence de Bruxelles a émis un avis défavorable sur cette fusion. Dans les semaines qui ont suivi cet avis les deux entreprises boursières se sont employées à gagner l’opinion à la cause de leur fusion. Financé par leurs soins, un appel à la création d’un opérateur boursier européen était signé non seulement par de hauts dirigeants d’entreprises mais par 17 professeurs des Universités. Deux étudiants en économie, Vincent Hirsch et Quentin Lafay (3), relevaient alors dans Libération, je cite, que « la plupart de ces professeurs omettaient de préciser un détail d’importance : tous ou presque sont membres de conseils d’administration, consultants ou salariés de banques et d’institutions financières. » Finalement, la Commission a suivi l’avis de sa Direction générale de la concurrence.

 

Depuis le début de l’année, un film de Gilles Balbastre, « Les Nouveaux Chiens de Garde », et un livre de Laurent Mauduit, « Les Imposteurs de l’économie », ont additionné leur dénonciation des complaisances dues à la double casquette de nombre d’experts très médiatisés. Les plus dénoncés d’entre eux ont répondu dans un récent numéro du Nouvel Observateur (4). Leur défense a montré qu’il entre du ressentiment et du sensationnalisme, et donc de l’erreur ou de l’exagération, dans les dénonciations dont ils sont l’objet. Mais, elle a laissé vivace la nécessité d’en finir avec une opacité qui a pu aboutir à ce qu’un économiste américain a baptisé ‘la corruption douce’ et qui a toute sa part dans les folies économiques récentes et dans leurs conséquences désastreuses.

 

Le ciel vous tienne en joie. »

 

(1)

http://www.lemonde.fr/cinema/article/2010/11/16/inside-job-autopsie-d-une-crise-financiere-annoncee_1440771_3476.html

 

(2)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Federal_National_Mortgage_Association

 

(3)

http://www.liberation.fr/economie/01012387119-l-economie-victime-de-son-opacite

 

(4)

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20120401.OBS5185/les-economistes-sont-ils-des-imposteurs.html

Commenter cet article